Avant le deuxième round !

Demain soir, Montpellier va affronter Orenburg dans le match retour de la finale d’Eurocoupe  avec une chance de décrocher le premier trophée européen de son histoire. Dès la semaine suivante, on plongera  dans les play-offs et les plays-downs après une saison régulière pleine de surprises et de rebondissements

Les surprises : Le Nord est à la peine cette année. Contre toute attente, les guerrières de Villeneuve d’Ascq, championnes de France en 2017, ont rendu les armes après 5 défaites consécutives dans le rush final pour terminer à une terrible 9ème place  synonyme de play-downs. Une sacrée claque pour le club nordiste qui nous avait habitué.e.s à beaucoup mieux. St-Amand jouera aussi dans cette cour-là avec un bilan qui les assure pratiquement du maintien.

S’il a fallu attendre la dernière journée pour connaitre le classement final, les promues de Landerneau ont bien navigué. Il y a eu des hauts et des bas, des gros coups et des coups de mou dans les grains mais le club finistérien termine à une septième place assez inespérée et aura le plaisir et l’honneur d’affronter les Tangos de Bourges en quart de finale. Cerise sur le far breton ! Bravo à Stéphane Leite et ses joueuses pour cette saison formidable.

kariata
Landerneau en play-offs, Kariata Diaby n’en revient pas !

Sans surprise : Comme attendu, Lyon, Bourges, Montpellier et à un degré moindre Charleville – qui s’est bien remis d’un début de saison désastreux- terminent dans cet ordre dans le top 4. La deuxième place entre les Tangos et les Gazelles s’est  jouée lors de la dernière journée avec un panier gag d’Helena Ciak contre son camp au buzzer, qui donnait la victoire à Bourges. Helena ne méritait pas ce coup du sort, elle qui venait de livrer l’un de ses meilleures sorties de la saison avec 26 points et 8 rebonds. Quand le ciel te tombe sur la tête !

Un panier gag qui donne la victoire à Bourges

Pour le reste, Basket Landes a été doublé par Roche Vendée pour la 5ème place. Les Vendéennes se sont imposées dans le dernier match face à des Lyonnaises assurées de leur première place et probablement démotivées. Tarbes a sauvé sa saison en terminant miraculeusement 8ème dans le sillage d’Alexis Prince, meilleure marqueuse de la Ligue. Les déferlantes de Nantes ont connu elles aussi une année bien difficile avec seulement 6 victoires et la démission surprise du coach Manu Coeuret avant la fin de saison. Il va falloir reconstruire pour reprendre la bonne vague !

Mondeville a poursuivi son long chemin de croix en explosant devant Landerneau. Les Normandes terminent à la dernière place avec 2 victoires pour 20 défaites. Sauf miracle, la relégation les attend. Dommage pour cet excellent club formateur !

Toutes les rencontres sur le site de la LFB.

http://www.basketlfb.com/playoffs-playdowns

Publicités

La grosse claque !

Les Tangos se sont prises les pieds dans le tapis au match 2 des 1/4 de finales de l’Euroligue. Après le match 1 perdu par la plus petite des marges (66 à 65), on pensait Bourges capable de renverser la vapeur en ce vendredi soir contre Sopron et se payer le luxe d’une belle qualificative.

Que nenni, ce sont les joueuses hongroises qui ont étouffé les berruyères ! Elles ont maitrisé la partie avec un jeu de passes fluide, ont alterné agressivité vers le panier et danger extérieur et y ont ajouté à une défense bien en place, où Queralt Casas a étouffé une Marine Johannès (11 points à 4 sur 14 seulement) pourtant étincelante lors de la première manche ; Marine, l’arbre qui a caché la forêt et peut-être fait illusion sur les chances berruyères d’atteindre le dernier carré.

Le collectif tango a chancelé (1 passe seulement pour la meneuse Ouvina), le rebond a été défaillant et l’adresse a clairement penché du côté hongrois (48% contre 40%). Crvendakic (16 points, 11 rebonds) et Jovanovic (18 points, 10 rebonds) s’en sont donné à cœur joie et les joueuses de Roberto Iniguez ont démontré qu’elles méritaient largement leur place au final four.

On connait donc toutes les qualifiées, les équipes les mieux classées à l’issue des phases de poule l’ayant remporté en 2 manches sèches. Car si Koursk a failli tomber en Pologne, s’imposant de 4 petits points dans le money time, une fois de plus par la grâce d’une Breanna Stewart intenable (28 points, 9 rebonds), Prague et Ekaterinburg ont déroulé, respectivement contre Fenerbahce et  Riga. Valériane Ayayi a flambé avec le club tchèque (25 points à 8 sur 13 aux tirs), peut-être motivée de se retrouver face à Valérie Garnier, sa coach en équipe de France.

On attend maintenant de savoir où se déroulera le Final Four. On sait que ce ne sera pas à Bourges. Dommage pour Pierre Fosset qui avait déjà candidaté…et pour moi qui comptait m’y rendre ! Ainsi va la vie…

 

 

 

Incursion chez les garçons !

Une fois n’est pas coutume, j’ai pris place dans les tribunes de la Trocardière à Nantes pour une rencontre de basket… masculin ! L’équipe de France rencontrait son homologue tchèque pour ce qui était le dernier match (sans enjeu, les deux équipes ayant déjà leur billet en poche) des qualifications pour le mondial. A cette occasion,  les joueurs NBA (Gobert, Fournier…) et des équipes d’Euroligue (De Colo, Causeur…) étant absents, je dois avouer à ma grande honte que j’ai découvert des joueurs que je ne connaissais pas du tout et qui pour la plupart ne seront pas du voyage en Chine!

 

C’est d’ailleurs tout à leur honneur que d’avoir qualifié la France et terminé cette première phase sur une belle victoire, dans une ambiance de feu comme souvent à la Trocardière.

20190301_101123
Chaude ambiance

J’ai vu un match engagé,  ponctué d’actions spectaculaires, avec un Matthias Lessort virevoltant et un très prometteur Théo Maledon. Cerise sur le gâteau nantais, j’ai eu le plaisir de revoir le grand Fred Weis (j’ai joué plusieurs années avec sa soeur Laurence) et de croiser the Boris Diaw, que j’ai connu tout petit (j’ai longtemps évolué au CUC et en équipe de France avec Zab Riffiod, sa mère).

20190301_091615
Rencontre intergénérationnelle

En bref, un dimanche après-midi  bien sympa!

 

 

Charleville en mode NBA

Soirée Euroligue

Les Flammes ont mis le feu à la salle hier soir dans la froidure ardennaise avec 100 points inscrits contre Riga. Dire qu’elles en avaient avalé 30 à l’aller en terre lettone! 28 passes décisives et un duo Peters/Lewis bouillantes (26 et 27 points). Dommage que le réveil soit si tardif car leurs chances d’atteindre les quarts sont quasi nulles avec deux matchs à l’extérieur et la réception de Fenerbahce, le club coaché par Valérie Garnier. Il faudrait que les planètes soient plus qu’alignées…mais sait-on jamais!

flammes
Heureuses, les joueuses de Charleville

Du côté du Berry, les Tangos ont failli réaliser le hold-up parfait contre Schio en étant menées quasi tout le match, après avec une entame catastrophique (10 à 0). Sarah Michel et Alexia Chartereau ont bien tenté de sonner la révolte mais le mal était fait  et les italiennes n’ont rien lâché malgré 17 pertes de balle au total (retour gagnant pour Pierre Vincent sans état d’âme devant son ancienne équipe). Grosse désillusion pour Bourges qui hypothèque peut-être sa deuxième place de la poule.

Dans le même temps à Prague, Ekaterinbourg tombait pour la première fois de son piédestal devant une équipe transcendée, pourtant privée de Valériane Ayayi. Un résultat qui n’arrange pas les affaires des Berruyères ! Les Tchèques ont largement dominé les débats et les rebonds (46 dont 16 offensifs) et additionné pas moins de 32 passes décisives. Alyssa Thomas a fait du dégât dans tous les secteurs (22 points, 11 rebonds, 9 passes)  et côté russe, seules Meesseman et Griner ont été à la hauteur de leur réputation. Coach Natalia Hejkova a démontré une fois encore toute sa science et peut-être que Saint-Venceslas était caché dans la salle…

thomas
La rage de Thomas

La troisième équipe française s’est écroulée en Pologne. Jamais les Guerrières de Villeneuve d’Ascq n’ont pu rivaliser. La défense a pris l’eau de toute part (55 points encaissés en première mi-temps) face à des joueuses de Polkowice qui rêvent encore de la 4ème place du groupe synonyme de qualif pour les 1/4.

Dans les autres rencontres, à noter que le Dynamo Koursk poursuit son cavalier seul dans le groupe B (11 victoires en autant de matchs). Hier soir, Fenerbahce a bien résisté, ne s’inclinant que de 4 petits points. Mais à Koursk, Breanna Stewart est toujours inarrêtable (33 points encore ajoutés à 9 rebonds). Ne cherchez pas la MVP de la saison !

Prochains RV pour nos françaises le 6 février

Bourges à Ekaterinbourg pour un exploit

Charleville-Mézières à Perfumerias Avenida en Espagne pour entretenir l’espoir

Villeneuve d’Ascq à domicile contre Nadezka pour se faire plaisir.

Chaud dimanche en Ligue féminine

Malgré un temps hivernal (voire tempétueux sur les côtes du Finistère), le week-end a été chaud sur les parquets de Ligue féminine.

Dans le duel Lyon/Montpellier, pour ce qui était déjà la cinquième rencontre de la saison (décidément, elles ne se quittent plus), ce sont les Lionnes qui ont croqué les Gazelles. Dos Santos a flambé (25 points, 9 rebonds, 5 interceptions) et Julie Allemand a depuis quelque temps retrouvé le super niveau qui était le sien au Mondial (15 points, 7 passes). Après leur belle victoire à Bourges la semaine dernière, les Lyonnaises prennent le large.

dos santos
Clarissa Dos Santos

La rencontre Charleville Mézières/Villeneuve était la 2ème attraction de la soirée. L’équipe hôte l’a emporté dans un match ultra offensif. Les Flammes ont brûlé les ardeurs des Guerrières qui restaient pourtant sur une belle prestation en Euroligue à Schio. Là encore, le retour en grande forme d’Amel Bouderra (14 points, 12 passes) n’est pas étranger à la spectaculaire remontée au classement des Ardennaises.  Haley Peters a elle aussi brillé de mille feux (24 points, 10 rebonds, 6 passes).

La surprise de la soirée est à mettre à l’actif de Mondeville qui engrange enfin son premier succès de la saison face à Basket Landes. Avec seulement 32% d’adresse, difficile de gagner. Même cas de figure pour Tarbes qui s’enfonce un peu plus dans la zone rouge avec un piteux 18 sur 60 aux tirs et s’incline de 14 points à Roche Vendée (11 points et 14 rebonds pour Bernie Ngoyisa).

Tout le contraire des Nantaises qui se sont appuyées sur un gros pourcentage (47%) et surtout sur une grosse domination au rebond offensif (15) pour venir à bout dans le dernier quart temps de joueuses de St-Amand pas maladroites non plus (46%).

manu
Manu Coeuret combattif et heureux !

En préambule, Landerneau avait accueilli l’ogre berruyer samedi soir. Bien sur, j’en étais ! Après une première partie de match équilibré (24/24), les Tangos ont déroulé leur jeu pour infliger une grosse correction à l’équipe de Stéphane Leïte. Les bretonnes, en manque de solutions offensives et d’adresse, étouffées par la défense berruyère qui occasionnait des ballons trop facilement perdus, ressemblaient au petit Poucet qui allait se faire dévorer. Ce fut le cas, l’écart ne cessant de s’accroitre au fil du match. Avec en prime, un tir à 3 points au buzzer de Marine Johannès pour rendre l’addition encore plus salée (28 points d’écart au final).

Faut dire que Kariata Diaby, qui tient parfois la baraque à elle seule, avait été ciblée et Elodie Godin étouffait toute velléité de sa part (seulement 9 points pour 5 tirs tentés, 4 belles perdues pour Kariata). Seules les françaises Elodie Naigre et Marie Butard tenaient leur rang : Elodie sobre et efficace (17 points à 8/12 et 8 rebonds), Marie toujours au charbon et qui a longtemps tenu Marine Johannès.

1495_2019012622043201.jpg
Marie Butard face à Elodie Godin

Que dire des prestations des autres joueuses ? Maggie Lucas semble n’être plus que l’ombre de la joueuse du début de saison (et d’Arras il y a quelques années), Maria Stepanova et Joyce Cousseins-Smith sont en deçà de ce qu’on connait d’elles. L’américaine Bria Holmes n’a pas du tout fait oublier Shayla Cooper et son impact physique. Le manque de rotations pèse aussi. Quand Bourges tourne à 10 (et encore, Lisa Berkani a montré le bout de son nez seulement 5 minutes), Stéphane Leïte est parfois à cours de solutions.

La fin de championnat s’annonce ardue. Mais à cœur vaillant (de bretonne) rien d’impossible !

Passion, quand tu nous tiens !

On se bagarre, on valse, on défend dur, on est adroit ou pas,  on se frotte au rebond, on flambe ou on perd le ballon, on peste contre l’arbitrage, on se décourage et on repart du bon pied, on perd ou on gagne mais au final, on n’oublie pas que l’on partage la même passion et l’on tombe dans les bras l’une de l’autre. Formidable image de nos 2 jeunes françaises Marine Johannès et Valériane Ayayi opposées hier soir dans un match à fort enjeu.

du sport
Marine et Valériane

Pour la petite histoire, Bourges a battu Prague et est pratiquement qualifié pour les 1/4 de finales de l’Euroligue. Magique !

 

Tangos on the road again!

En cette période festive de fin d’année où certain.e.s vont tenter de reprendre quelques forces et d’autres gentiment essayer de trouver un nouveau souffle, on s’offrirait bien un petit tango ! C’est peu de dire que Bourges Basket fait plus que jamais figure de grandissime favori pour se succéder à lui-même (et de 15 ?).

Depuis leur couac initial à Lyon, les berruyères donnent le tournis à leurs adversaires, parfois même aux spectateurs et téléspectateurs. La complémentarité de l’effectif, la polyvalence de Nayo Raincock Ekunwe (et sa spectaculaire intégration) alliée au talent de Marine Johannès, une défense souvent au diapason d’un jeu offensif attrayant rendent cette équipe quasi invincible.

nayo raincock
Nayo Raincock au top !

Franchement, qui pour leur barrer la route ?

Lattes Montpellier ? Avec leur effectif XXL, je voyais bien les Gazelles se mettre en travers du chemin. Une défaite inattendue en terre bretonne et une raclée à Villeneuve ajoutées au départ de Rachid Meziane ont douché mon optimisme, tout comme pour Lyon ASVEL : la défaite à Nantes fait un peu désordre !

A n’en pas douter, ces 3 équipes se retrouveront pour se disputer le titre. Pour le reste, bien malin celui ou celle qui pourrait prédire quelles formations vont les accompagner en play-offs ou batailler en play-downs. Mis à part Mondeville qui semble se diriger gaillardement vers la Ligue 2 (à moins de signer  Griner ou Stewart pour quelques matchs), toutes les autres équipes vont se livrer des duels acharnés. Basket Landes alterne le bon et le moins bon, Charleville semble s’être repris, Tarbes peine un peu malgré Alexis Prince, Roche Vendée et Saint-Amand surprennent, Landerneau fait des coups, Nantes aussi.

akonga
A St-Amand, Pauline Akonga impose sa puissance

Casse-tête chinois en vue, on s’en réjouit !

Concernant l’Euroligue, je vois bien les Tangos se hisser à la 2ème ou 3ème place de leur poule (derrière Ekaterinburg of course) pour se faufiler en 1/4 (pour les Flammes Carolo et l’EBSVA, ça semble déjà archi-compromis).  Je ne revendique pas un statut de médium, mais cette année, je miserai bien un petit zloty sur la présence de Bourges au Final 4 pour y jouer les trouble-fêtes !

Tiens, en parlant de fête, je vous la souhaite belle et gaie pour finir l’année. sans excès bien entendu. Quoique ……….